Semaine Sainte

Date:
Variable

Organisme organisateur:
Real Cabildo Superior de Cofradías Pasionarias de Yecla

Site web:
fiestas.yecla.es


Un détail:
Les festivités ont été déclarées d’intérêt touristique régional.

Infos pratiques:
Familles, paires, individuel/Idéal pour profiter de nos festivités religieuses, traditionnelles et de recueillement.


Ce qu’il ne faut pas rater:
La grande quantité d’activités organisé lors du carême, nos processions les plus singulières comme celle de Lundi Saint, Mardi Saint ou procession « des Farolicos » et l’acte de l’enterrement ; notre patrimoine matériel comme le Musée de Semaine Sainte situé dans la Iglesia Vieja où il est possible de visiter les plus de 80 sculptures qui participent dans les 11 processions qui ont lieu à Yecla, ainsi comme les brodés, orfèvrerie et taille en bois. L’image la plus ancienne et célèbre est la Virgen de las Angustias (Salzillo 1763) déclarée bien d’intérêt culturel qui se trouve dans la Basilique de la Purísima.

Plus d’informations sur:
http://semanasantayecla.net/

La suggestion:
La procession du Rosario qui parcourt les étroites rues de la vieille ville de Yecla la nuit du Lundi Saint.

La procession des Farolicos, unique en Espagne, qui débute dans l’Église de San Francisco et qui a lieu Mardi Saint soir, dans laquelle des milliers d’enfants accompagnent le Christ gisant portant des fanaux.

L’enterrement, qui a lieu dans l’église de San Francisco après la procession du Santo Entierro et le recueillement de la singulière procession de la Soledad, où le peuple accompagne la Virgen de los Dolores depuis San Francisco jusqu`à l’église de l’Hospitalico, tout en entonnant les strophes du traditionnel Stabab Mater..
Francisco Muñoz, Presidente del Real Cabildo de Cofradías Pasionarias de Yecla

Contextualisation historique des festivités:
Les festivités de la Semaine Sainte à Yecla sont très anciennes et liées aux franciscains. Dans les Relaciones Topográficas de Felipe II (1575), une étude statistique de l’époque, apparaissent déjà onze confréries, bien que elles étaient non pénitentes.

L’esprit confrère se montrait surtout au moment du décès de certains des frères, moment dans lequel tout le reste des confrères devaient y être présents pour l’aider à réaliser un bon voyage vers l’autre monde et prier par lui. Au XVIIème siècle, des pénitents ont commencé à défiler avec des tuniques et le visage couvert. Dans le testament d’Isabel De Soria (1589) il apparaît un legs à sa nièce d’un manteau d’étamine qu’elle se fasse une « nazaréenne »

Des prédicateurs étaient invités au village pour le carême. Le licencié Torres, personnage très connu à l’époque a été engagé en 1569 pour la somme de 6.800 maravédis. Ils existaient déjà 21 confréries à l’époque. En 1660 Fray Francisco Muñoz amène depuis Rome « un Lignum Crucis » à la Paroisse de l’Asunción pour renforcer la confrérie de la Vera Cruz.

En 1764, Francisco Salzillo taille pour la Venerable Orden Tercera le groupe sculptural de la Virgen de las Angustias, et le musicien Juan Oliver Astorga, à son retour de Londres visite Yecla et compose une marche processionnelle dédiée à la Semaine Sainte de Yecla. Des documents historiques parlent de la procession du Santísimo Sacramento, où défilait la custodie, portée par huit chevaliers sous pallium. En 1800 se produit l’acquisition du Cristo de la Adoración de la Cruz, de Juan Esteve y Bonet.

Au XVIIIème siècle, deux sermons avaient lieu avant de la procession de l’enterrement, celui de la Descente et celui de la Solitude. Cette procession de l’Enterrement, est à l’origine des défilés comme nous les connaissons actuellement, et qui prennent son caractère définitif dans la seconde moitié du XIXème siècle, étant en évolution constante à travers les années

Les actes les plus particuliers de la Semaine Sainte sont la procession des Farolicos, qui a lieu mardi Saint soir, dans laquelle des milliers d’enfants accompagnent le Christ gisant portant des fanaux. La procession de la Cortesía dans la matinée, la procession du Saint Enterrement dans la soirée, et la procession de la Soledad dans la nuit du Vendredi Saint constituent aussi des actes à souligner de notre Semaine Sainte.

Dimanche de Résurrection il est possible de rencontrer un personnage typique de ces festivités, « le diable » qui court dans les roues fuyant de la victoire de la vie sur la mort et du bien sur le mal.

Les « empanadas de patata » (gâteaux farcis de pomme de terre) et le potage de pois chiches avec des boulettes de morue constituent les plats typiques de ces festivités.